Une façon d’indiquer la «non-coïncidence entre les mots et les choses», on va dire…

Translated title of the contribution: A way to indicate "non-coincidence between words and things," they will say ...

Research output: Chapter in Book/Report/Conference proceedingChapter (peer-reviewed)

Abstract

Nous souhaitons nous pencher ici sur un emploi particulier de la périphrase en aller + infinitif qui n’a fait l’objet – à notre connaissance – que d’un article (Lansari 2010). Cet emploi « modalisant » que Lansari limite à la formule 'on va dire' mériterait d’être approfondi pour plusieurs raisons. D’une part, l’emploi n’est décrit que sur base de « vingt exemples tirés d’internet, de blogs ou de forums » (Lansari 2010: 120) alors que, de l’aveu de Lansari elle-même, l’emploi relève de l’oral. Il serait donc utile d’enrichir – quantitativement et qualitativement - le corpus et d’y intégrer des occurrences d’oral authentique. D’autre part, Lansari restreint l’emploi modalisant à la séquence 'on va dire' ; on pourrait s’interroger sur la capacité de séquences comme 'je vais dire' à remplir les mêmes fonctions discursives. Dans cet article, nous commencerons par un – forcément bref – état de la question. Après avoir présenté le corpus, nous testerons les hypothèses précédemment défendues à la lueur du corpus rassemblé: (a) Le corpus CFPP2000 issu du projet Discours sur la ville. Corpus de Français Parlé Parisien des années 2000 (disponible en ligne à http://cfpp2000.univ-paris3.fr/Corpus.html). CFPP2000 donne la parole à 41 informateurs en 28 interviews (2198 min) et a généré 96 occurrences de on va dire modalisant. (b) Le corpus CLAPI comprenant 45 heures d’interactions interrogeables en ligne à http://clapi.univ-lyon2.fr/analyse_requete_aide.php?menu=outils. On y a relevé 12 exemples de on va dire modalisant. (c) Un corpus personnel d’interviews (163min) réalisées pendant l’année académique 2009-10 auprès de cinq étudiants Erasmus français grâce au soutien d’une bourse de la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France (DGLFLF). Les entretiens avec une assistante de recherche, basés sur les thèmes suivants, étaient supposés générer l’emploi d’une variété de temps verbaux :
- Récits de rêve (imparfait)
- Récits biographiques (personnage historique vs autobiographie) (PC vs PS)
- Narration de film vs d’épisode historique (PC/ PRES vs PS)
- Présentation de projets d’avenir vs conjectures (Futur périphrastique ou simple)
Le corpus contient dix-sept occurrences de on va dire générés par deux des cinq informateurs : 15 par A. et 2 par J. Notre réflexion se basera donc sur 125 occurrences orales de 'on va dire'.
Translated title of the contributionA way to indicate "non-coincidence between words and things," they will say ...
Original languageFrench
Title of host publicationProceedings of Congres Mondial de Linguistique francaise 2012
Subtitle of host publication3e Congrès Mondial de Linguistique Française
Pages573-582
Number of pages10
DOIs
Publication statusPublished - 5 Jul 2012
Event3e Congrès Mondial de Linguistique Française - Lyon, France
Duration: 4 Jul 20127 Jul 2012

Publication series

NameSHS Web of Conferences
Volume1

Congress

Congress3e Congrès Mondial de Linguistique Française
Abbreviated titleCMLF-2012
CountryFrance
CityLyon
Period4/07/127/07/12

Fingerprint Dive into the research topics of 'A way to indicate "non-coincidence between words and things," they will say ...'. Together they form a unique fingerprint.

  • Cite this

    Labeau, E. (2012). Une façon d’indiquer la «non-coïncidence entre les mots et les choses», on va dire…. In Proceedings of Congres Mondial de Linguistique francaise 2012: 3e Congrès Mondial de Linguistique Française (pp. 573-582). (SHS Web of Conferences ; Vol. 1). https://doi.org/10.1051/shsconf/20120100307