About the aspectual auxiliary venir à (+ infinitive)

Jacques Brès, Emmanuelle Labeau

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

De l’auxiliaire aspectuel venir à (+ infinitif). Notre hypothèse est que venir à + inf. est un auxiliaire aspectuel, dont le sémantisme, pour ténu qu’il soit, ne se réduit pas à une variante stylistique élégante. Après avoir rappelé brièvement les analyses des travaux antérieurs, nous nous appuyons sur le sens de la construction verbale venir à dans laquelle le verbe venir et la préposition à ont pleinement un sens spatial ainsi que sur le lien avec le tour quand ce vint à, pour parvenir à la définition suivante : l’auxiliaire venir à sert à présenter l’actualisation du procès à l’infinitif au terme d’un déroulement temporel (présupposé) en enchaînement avec ce qui précède. Nous décrivons les différents effets de sens produits par l’interaction de ce que nous considérons comme la valeur en langue de la périphrase – l’enchaînement temporel – avec différents éléments cotextuels : l’aboutissement et l’accidentel.
Translated title of the contributionAbout the aspectual auxiliary venir à (+ infinitive)
LanguageFrench
Pages126-144
Number of pages19
JournalLe Français Moderne
Volume2017
Issue number1
Publication statusPublished - 1 Jun 2017

Fingerprint

interaction
Interaction
Prepositions
Presenters
Actualization
Infinitive

Keywords

  • aspect
  • grammaticalisation
  • venir
  • point de référence
  • effet de sens

Cite this

Brès, Jacques ; Labeau, Emmanuelle. / De l'auxiliaire venir à (+ infinitif). In: Le Français Moderne. 2017 ; Vol. 2017, No. 1. pp. 126-144.
@article{a5efb302bbbf4e4a80ac89e3d79f9a45,
title = "De l'auxiliaire venir {\`a} (+ infinitif)",
abstract = "De l’auxiliaire aspectuel venir {\`a} (+ infinitif). Notre hypoth{\`e}se est que venir {\`a} + inf. est un auxiliaire aspectuel, dont le s{\'e}mantisme, pour t{\'e}nu qu’il soit, ne se r{\'e}duit pas {\`a} une variante stylistique {\'e}l{\'e}gante. Apr{\`e}s avoir rappel{\'e} bri{\`e}vement les analyses des travaux ant{\'e}rieurs, nous nous appuyons sur le sens de la construction verbale venir {\`a} dans laquelle le verbe venir et la pr{\'e}position {\`a} ont pleinement un sens spatial ainsi que sur le lien avec le tour quand ce vint {\`a}, pour parvenir {\`a} la d{\'e}finition suivante : l’auxiliaire venir {\`a} sert {\`a} pr{\'e}senter l’actualisation du proc{\`e}s {\`a} l’infinitif au terme d’un d{\'e}roulement temporel (pr{\'e}suppos{\'e}) en encha{\^i}nement avec ce qui pr{\'e}c{\`e}de. Nous d{\'e}crivons les diff{\'e}rents effets de sens produits par l’interaction de ce que nous consid{\'e}rons comme la valeur en langue de la p{\'e}riphrase – l’encha{\^i}nement temporel – avec diff{\'e}rents {\'e}l{\'e}ments cotextuels : l’aboutissement et l’accidentel.",
keywords = "aspect, grammaticalisation, venir, point de r{\'e}f{\'e}rence, effet de sens",
author = "Jacques Br{\`e}s and Emmanuelle Labeau",
year = "2017",
month = "6",
day = "1",
language = "French",
volume = "2017",
pages = "126--144",
journal = "Le Fran{\cc}ais Moderne",
issn = "0015-9409",
publisher = "Conseil International de la Langue Francaise",
number = "1",

}

Brès, J & Labeau, E 2017, 'De l'auxiliaire venir à (+ infinitif)' Le Français Moderne, vol. 2017, no. 1, pp. 126-144.

De l'auxiliaire venir à (+ infinitif). / Brès, Jacques; Labeau, Emmanuelle.

In: Le Français Moderne, Vol. 2017, No. 1, 01.06.2017, p. 126-144.

Research output: Contribution to journalArticle

TY - JOUR

T1 - De l'auxiliaire venir à (+ infinitif)

AU - Brès, Jacques

AU - Labeau, Emmanuelle

PY - 2017/6/1

Y1 - 2017/6/1

N2 - De l’auxiliaire aspectuel venir à (+ infinitif). Notre hypothèse est que venir à + inf. est un auxiliaire aspectuel, dont le sémantisme, pour ténu qu’il soit, ne se réduit pas à une variante stylistique élégante. Après avoir rappelé brièvement les analyses des travaux antérieurs, nous nous appuyons sur le sens de la construction verbale venir à dans laquelle le verbe venir et la préposition à ont pleinement un sens spatial ainsi que sur le lien avec le tour quand ce vint à, pour parvenir à la définition suivante : l’auxiliaire venir à sert à présenter l’actualisation du procès à l’infinitif au terme d’un déroulement temporel (présupposé) en enchaînement avec ce qui précède. Nous décrivons les différents effets de sens produits par l’interaction de ce que nous considérons comme la valeur en langue de la périphrase – l’enchaînement temporel – avec différents éléments cotextuels : l’aboutissement et l’accidentel.

AB - De l’auxiliaire aspectuel venir à (+ infinitif). Notre hypothèse est que venir à + inf. est un auxiliaire aspectuel, dont le sémantisme, pour ténu qu’il soit, ne se réduit pas à une variante stylistique élégante. Après avoir rappelé brièvement les analyses des travaux antérieurs, nous nous appuyons sur le sens de la construction verbale venir à dans laquelle le verbe venir et la préposition à ont pleinement un sens spatial ainsi que sur le lien avec le tour quand ce vint à, pour parvenir à la définition suivante : l’auxiliaire venir à sert à présenter l’actualisation du procès à l’infinitif au terme d’un déroulement temporel (présupposé) en enchaînement avec ce qui précède. Nous décrivons les différents effets de sens produits par l’interaction de ce que nous considérons comme la valeur en langue de la périphrase – l’enchaînement temporel – avec différents éléments cotextuels : l’aboutissement et l’accidentel.

KW - aspect

KW - grammaticalisation

KW - venir

KW - point de référence

KW - effet de sens

M3 - Article

VL - 2017

SP - 126

EP - 144

JO - Le Français Moderne

T2 - Le Français Moderne

JF - Le Français Moderne

SN - 0015-9409

IS - 1

ER -