'Venir' meets mirativity: more if they hit off

Jacques Brès, Emmanuelle Labeau

Research output: Contribution to journalArticle

Abstract

Au nombre des différents emplois issus de la grammaticalisation des deux formes itive (aller) et ventive (venir) (cf. Bres et Labeau 2010, à par.), on trouve le tour que Damourette et Pichon (1911-1936) ont proposé de nommer extraordinaire, dans lequel l’auxiliarisation des verbes de mouvement aller et venir « confère au verbe dont l’infinitif le suit un caractère dérangeant par rapport à l’ordre attendu des choses » (§ 1652). Dans le présent article, nous ne traiterons pas ce tour dans sa généralité (ce que nous faisons dans Bres et Labeau (2011, en préparation)) mais en analyserons une dimension, plus exactement une forme : lorsque l’extraordinaire est produit par venir, comme dans : (1) M'habiller ? – Oui. C'est pas prudent d'entrer nue comme ça chez trois vieux gars. Il vous arriverait des choses et après vous viendriez dire qu'on s'est conduits comme des goujats. Pourtant ce serait pas notre faute, mais la vôtre ! Elle éclata de rire, reconnaissant la voix et le style. (Vincenot Le Pape des escargots, 1972) (2) Quand vous avez des problèmes, je suis là pour vous aider, pour vous remonter le moral, mais quand c’est moi qui souffre, vous vous en foutez complètement. Et vous venez prétendre que vous êtes des amis… (internet) A l’inverse du tour où l’extraordinaire se signifie avec aller, l’extraordinaire avec venir a été fort peu étudié. Ce que nous entendons corriger par le présent travail. Notre corpus d’étude se compose de 500 occurrences, dont 90 avec venir. Il s’agissait au départ d’un corpus buissonnier, relevé au fil des lectures et des interactions verbales (50 occurrences). Nous l’avons élargi et complété ensuite par des recherches sur Frantext et sur Google. Nous commencerons par rappeler brièvement la façon dont nous concevons la grammaticalisation de aller et de venir (1.) Nous parcourrons ensuite les travaux antérieurs consacrés à l’extraordinaire, pour voir la place qu’ils accordent à venir (2.). Dans un troisième temps, nous positionnerons l’usage de venir dans ce tour par rapport à celui de aller ; nous rendrons compte de son moindre emploi par les restrictions dont il fait l’objet ; et nous pointerons l’évolution qui tend à se faire jour dans les pratiques quotidiennes familières actuelles (3.).
Translated title of the contribution'Venir' meets mirativity: more if they hit off
LanguageFrench
Pages84-107
Number of pages24
JournalLe Français Moderne
Volume81
Issue number1
Publication statusPublished - 31 Dec 2013

Fingerprint

search engine
Internet
interaction
Grammaticalization
Rapport
Mirativity
Signifie
De Se
World Wide Web
Auguste Comte
Étude
Interaction

Keywords

  • grammaticalization
  • mirative
  • to go
  • to come
  • deicticity

Cite this

Brès, Jacques ; Labeau, Emmanuelle. / (Des)amour(s) de venir avec l’extraordinaire. In: Le Français Moderne. 2013 ; Vol. 81, No. 1. pp. 84-107.
@article{8bb2dea7622943718d3fe9b862e0f7df,
title = "(Des)amour(s) de venir avec l’extraordinaire",
abstract = "Au nombre des diff{\'e}rents emplois issus de la grammaticalisation des deux formes itive (aller) et ventive (venir) (cf. Bres et Labeau 2010, {\`a} par.), on trouve le tour que Damourette et Pichon (1911-1936) ont propos{\'e} de nommer extraordinaire, dans lequel l’auxiliarisation des verbes de mouvement aller et venir « conf{\`e}re au verbe dont l’infinitif le suit un caract{\`e}re d{\'e}rangeant par rapport {\`a} l’ordre attendu des choses » (§ 1652). Dans le pr{\'e}sent article, nous ne traiterons pas ce tour dans sa g{\'e}n{\'e}ralit{\'e} (ce que nous faisons dans Bres et Labeau (2011, en pr{\'e}paration)) mais en analyserons une dimension, plus exactement une forme : lorsque l’extraordinaire est produit par venir, comme dans : (1) M'habiller ? – Oui. C'est pas prudent d'entrer nue comme {\cc}a chez trois vieux gars. Il vous arriverait des choses et apr{\`e}s vous viendriez dire qu'on s'est conduits comme des goujats. Pourtant ce serait pas notre faute, mais la v{\^o}tre ! Elle {\'e}clata de rire, reconnaissant la voix et le style. (Vincenot Le Pape des escargots, 1972) (2) Quand vous avez des probl{\`e}mes, je suis l{\`a} pour vous aider, pour vous remonter le moral, mais quand c’est moi qui souffre, vous vous en foutez compl{\`e}tement. Et vous venez pr{\'e}tendre que vous {\^e}tes des amis… (internet) A l’inverse du tour o{\`u} l’extraordinaire se signifie avec aller, l’extraordinaire avec venir a {\'e}t{\'e} fort peu {\'e}tudi{\'e}. Ce que nous entendons corriger par le pr{\'e}sent travail. Notre corpus d’{\'e}tude se compose de 500 occurrences, dont 90 avec venir. Il s’agissait au d{\'e}part d’un corpus buissonnier, relev{\'e} au fil des lectures et des interactions verbales (50 occurrences). Nous l’avons {\'e}largi et compl{\'e}t{\'e} ensuite par des recherches sur Frantext et sur Google. Nous commencerons par rappeler bri{\`e}vement la fa{\cc}on dont nous concevons la grammaticalisation de aller et de venir (1.) Nous parcourrons ensuite les travaux ant{\'e}rieurs consacr{\'e}s {\`a} l’extraordinaire, pour voir la place qu’ils accordent {\`a} venir (2.). Dans un troisi{\`e}me temps, nous positionnerons l’usage de venir dans ce tour par rapport {\`a} celui de aller ; nous rendrons compte de son moindre emploi par les restrictions dont il fait l’objet ; et nous pointerons l’{\'e}volution qui tend {\`a} se faire jour dans les pratiques quotidiennes famili{\`e}res actuelles (3.).",
keywords = "grammaticalization, mirative, to go, to come, deicticity",
author = "Jacques Br{\`e}s and Emmanuelle Labeau",
year = "2013",
month = "12",
day = "31",
language = "French",
volume = "81",
pages = "84--107",
journal = "Le Fran{\cc}ais Moderne",
issn = "0015-9409",
publisher = "Conseil International de la Langue Francaise",
number = "1",

}

(Des)amour(s) de venir avec l’extraordinaire. / Brès, Jacques; Labeau, Emmanuelle.

In: Le Français Moderne, Vol. 81, No. 1, 31.12.2013, p. 84-107.

Research output: Contribution to journalArticle

TY - JOUR

T1 - (Des)amour(s) de venir avec l’extraordinaire

AU - Brès, Jacques

AU - Labeau, Emmanuelle

PY - 2013/12/31

Y1 - 2013/12/31

N2 - Au nombre des différents emplois issus de la grammaticalisation des deux formes itive (aller) et ventive (venir) (cf. Bres et Labeau 2010, à par.), on trouve le tour que Damourette et Pichon (1911-1936) ont proposé de nommer extraordinaire, dans lequel l’auxiliarisation des verbes de mouvement aller et venir « confère au verbe dont l’infinitif le suit un caractère dérangeant par rapport à l’ordre attendu des choses » (§ 1652). Dans le présent article, nous ne traiterons pas ce tour dans sa généralité (ce que nous faisons dans Bres et Labeau (2011, en préparation)) mais en analyserons une dimension, plus exactement une forme : lorsque l’extraordinaire est produit par venir, comme dans : (1) M'habiller ? – Oui. C'est pas prudent d'entrer nue comme ça chez trois vieux gars. Il vous arriverait des choses et après vous viendriez dire qu'on s'est conduits comme des goujats. Pourtant ce serait pas notre faute, mais la vôtre ! Elle éclata de rire, reconnaissant la voix et le style. (Vincenot Le Pape des escargots, 1972) (2) Quand vous avez des problèmes, je suis là pour vous aider, pour vous remonter le moral, mais quand c’est moi qui souffre, vous vous en foutez complètement. Et vous venez prétendre que vous êtes des amis… (internet) A l’inverse du tour où l’extraordinaire se signifie avec aller, l’extraordinaire avec venir a été fort peu étudié. Ce que nous entendons corriger par le présent travail. Notre corpus d’étude se compose de 500 occurrences, dont 90 avec venir. Il s’agissait au départ d’un corpus buissonnier, relevé au fil des lectures et des interactions verbales (50 occurrences). Nous l’avons élargi et complété ensuite par des recherches sur Frantext et sur Google. Nous commencerons par rappeler brièvement la façon dont nous concevons la grammaticalisation de aller et de venir (1.) Nous parcourrons ensuite les travaux antérieurs consacrés à l’extraordinaire, pour voir la place qu’ils accordent à venir (2.). Dans un troisième temps, nous positionnerons l’usage de venir dans ce tour par rapport à celui de aller ; nous rendrons compte de son moindre emploi par les restrictions dont il fait l’objet ; et nous pointerons l’évolution qui tend à se faire jour dans les pratiques quotidiennes familières actuelles (3.).

AB - Au nombre des différents emplois issus de la grammaticalisation des deux formes itive (aller) et ventive (venir) (cf. Bres et Labeau 2010, à par.), on trouve le tour que Damourette et Pichon (1911-1936) ont proposé de nommer extraordinaire, dans lequel l’auxiliarisation des verbes de mouvement aller et venir « confère au verbe dont l’infinitif le suit un caractère dérangeant par rapport à l’ordre attendu des choses » (§ 1652). Dans le présent article, nous ne traiterons pas ce tour dans sa généralité (ce que nous faisons dans Bres et Labeau (2011, en préparation)) mais en analyserons une dimension, plus exactement une forme : lorsque l’extraordinaire est produit par venir, comme dans : (1) M'habiller ? – Oui. C'est pas prudent d'entrer nue comme ça chez trois vieux gars. Il vous arriverait des choses et après vous viendriez dire qu'on s'est conduits comme des goujats. Pourtant ce serait pas notre faute, mais la vôtre ! Elle éclata de rire, reconnaissant la voix et le style. (Vincenot Le Pape des escargots, 1972) (2) Quand vous avez des problèmes, je suis là pour vous aider, pour vous remonter le moral, mais quand c’est moi qui souffre, vous vous en foutez complètement. Et vous venez prétendre que vous êtes des amis… (internet) A l’inverse du tour où l’extraordinaire se signifie avec aller, l’extraordinaire avec venir a été fort peu étudié. Ce que nous entendons corriger par le présent travail. Notre corpus d’étude se compose de 500 occurrences, dont 90 avec venir. Il s’agissait au départ d’un corpus buissonnier, relevé au fil des lectures et des interactions verbales (50 occurrences). Nous l’avons élargi et complété ensuite par des recherches sur Frantext et sur Google. Nous commencerons par rappeler brièvement la façon dont nous concevons la grammaticalisation de aller et de venir (1.) Nous parcourrons ensuite les travaux antérieurs consacrés à l’extraordinaire, pour voir la place qu’ils accordent à venir (2.). Dans un troisième temps, nous positionnerons l’usage de venir dans ce tour par rapport à celui de aller ; nous rendrons compte de son moindre emploi par les restrictions dont il fait l’objet ; et nous pointerons l’évolution qui tend à se faire jour dans les pratiques quotidiennes familières actuelles (3.).

KW - grammaticalization

KW - mirative

KW - to go

KW - to come

KW - deicticity

M3 - Article

VL - 81

SP - 84

EP - 107

JO - Le Français Moderne

T2 - Le Français Moderne

JF - Le Français Moderne

SN - 0015-9409

IS - 1

ER -